LES TRANSGRESSIONS DES JEUNES DANS LA VILLE CRÉATIVE VIETNAMIENNE

hanoi

27 août 2018

DE LA ZONE 9 À LA VILLE CRÉATIVE DE HANOI

Cette étude de cas explore l’utilisation éphémère de l’espace par les jeunes Hanoïens et la réappropriation de leurs pratiques créatives et artistiques par les institutions. Ce cas se concentre sur l’histoire et la trajectoire d’un projet de quartier créatif spontané à Hanoi, connu sous le nom de « Zone 9 » pendant sa courte durée de vie.

COMMENT LES JEUNES ARTISTES CONTEMPORAINS ET LES ENTREPRENEURS CRÉATIFS DE HANOI NAVIGUENT-ILS DANS L’ÉMERGENCE D’UNE VILLE CRÉATIVE VIETNAMIENNE ? QUELLES SONT LEURS PRATIQUES TRANSGRESSIVES ? ET COMMENT RÉAGISSENT-ILS AUX TENTATIVES D’INSTITUTIONNALISATION DE CERTAINES DE LEURS PRATIQUES ?

Zone 9 – A Documentary (Trailer) de sur .

Vers mai 2014, un groupe d’artistes contemporains s’est approprié un complexe industriel abandonné dans le centre de Hanoi. En quelques semaines, ces artistes et ce que l’on pourrait appeler des « entrepreneurs créatifs » ont fait de cet ancien site industriel un centre d’activités créatives, mais aussi un espace où les jeunes ont expérimenté une grande liberté, participé à diverses formes de divertissement et expérimenté de nouvelles idées, pratiques et relations sociales, se mêlant aux artistes étrangers et contemporains. Tout cela s’est produit avec un contrôle limité de la part de l’autorité formelle, faisant de la Zone 9 un phénomène inhabituel dans le contexte de Hanoi.

Cette expérience — le premier centre créatif à Hanoi — a été un succès retentissant, en particulier auprès des jeunes aisés, urbains et éduqués. Pourtant, seulement sept mois après le début de cette expérience, un incendie s’est déclaré dans une partie de l’immeuble en rénovation, tuant un travailleur. Sans autre avertissement, l’endroit a été fermé. Quelques mois plus tard, l’un des fondateurs de la Zone 9, architecte de renom, conclut un accord avec le gouvernement de la ville pour l’ouverture d’un nouveau « pôle créatif », beaucoup plus structuré et mieux contrôlé, dans un immeuble de grande hauteur qu’il appelait Hanoi Creative City.

L’objectif n’était pas seulement d’attirer certains des artistes contemporains qui avaient trouvé leur place dans la Zone 9, mais aussi de faire de la ville créative de Hanoi un moteur dans la structuration de l’économie créative de Hanoi (un objectif soutenu par le gouvernement municipal). Bien que le développement de la ville créative de Hanoi soit essentiellement une initiative privée, elle a néanmoins tenté d’institutionnaliser plusieurs caractéristiques de la Zone 9, notamment : contrôle plus strict des activités des jeunes dans ses locaux, sélection des locataires en fonction de critères économiques, etc. Dans ce contexte, cette étude de cas cherche à comprendre comment ce processus d’institutionnalisation a affecté les jeunes impliqués dans chaque projet (Zone 9 et Hanoi Creative City), notamment en ce qui concerne leurs pratiques transgressives dans les espaces virtuels et publics.

Công ty M88Voici la fiche synthèse de cette étude de cas pour l’année 2019:

 

Cliquez ici pour la version imprimable a4 et ici pour la version 8.5 x 11.

Công ty M88Version 2018 non disponible.