LES RELATIONS DES JEUNES RURAUX MIGRANTS AVEC LES ESPACES PUBLICS URBAINS ET VIRTUELS DE HANOI ET LEURS TACTIQUES QUOTIDIENNES DE RÉSISTANCE LORSQU’ILS SONT QUALIFIÉS DE TRANSGRESSIFS PAR LES AUTRES

hanoi

3 octobre 2018

COMMENT LES JEUNES MIGRANTS RURAUX QUI TRAVAILLENT S’IDENTIFIENT, UTILISENT ET PERÇOIVENT LEUR PLACE DANS LES ESPACES PUBLICS URBAINS ET VIRTUELS DE HANOI ? QUELLES TACTIQUES DE RÉSISTANCE UTILISENT-ILS POUR ACCÉDER À L’ESPACE PUBLIC LORSQU’ILS SONT QUALIFIÉS DE TRANSGRESSIFS PAR LES AUTRES ?

Hanoi a attiré un flux constant de migrants au cours des vingt dernières années depuis que les restrictions à la migration interne (hộ khẩuCông ty M88 – enregistrement des ménages) ont été assouplies dans les années 1980 et 1990. On estime qu’environ 100 000 migrants internes se rendent à Hanoi chaque année et que plus de la moitié le font pour trouver du travail. Il s’agit d’une population relativement jeune, surtout dans le cas des migrants récents, dont la grande majorité a entre 15 et 25 ans.

Công ty M88Le ministère du Travail, des Invalides et des Affaires sociales du gouvernement (MOLISA) identifie quatre groupes/catégories principaux de migrants (non étudiants) sur lesquels nous nous concentrons dans cette étude de cas :

  • Ouvriers d’usine
  • Travailleurs « libres » employés par de petites entreprises de services (par exemple : restaurateurs, coiffeurs, etc.)
  • Aides-domestiques (par exemple : femmes de ménage, nounous, agents de sécurité)
  • Travailleurs indépendants (par exemple : vendeurs de rue, travailleurs de chantier).

Les jeunes migrants ruraux appartenant à ces quatre catégories vivent souvent dans des conditions matérielles difficiles caractérisées par de faibles salaires et un manque de protection sociale (comme la protection contre le harcèlement), un accès limité ou inexistant aux services publics de base comme les soins de santé ou l’éducation (souvent en raison des règles du système d’enregistrement des ménages du Vietnam) et de mauvaises conditions de logement.

Công ty M88La présence de jeunes migrants ruraux en ville est souvent considérée comme problématique par d’autres résidents urbains, en particulier les résidents de longue durée. Les migrants ruraux sont souvent considérés par d’autres résidents urbains comme ayant des attributs ou des caractéristiques indésirables, tels qu’un statut socioéconomique inférieur, un accent rural « arriéré », des apparences indésirables et un mauvais comportement. En outre, les migrants sont souvent considérés comme rendant la ville sale, polluée, bruyante et désordonnée, tandis que d’autres se plaignent que les migrants rendent la ville surpeuplée et congestionnée, ainsi que dangereuse. Des recherches limitées à ce jour ont montré que de nombreux migrants ruraux ont le sentiment d’être méprisés par les citadins et qu’ils se considèrent comme des « étrangers » dans la ville. Cette stigmatisation sociale, combinée à la discrimination institutionnelle, entraîne l’exclusion sociale, un manque de sentiment d’appartenance et a un impact négatif sur le bien-être et la santé mentale.

Objectif: Étudier les relations des jeunes migrants ruraux (16-25 ans) avec les espaces publics urbains et virtuels de Hanoi et les tactiques quotidiennes de résistance auxquelles ils ont recours pour accéder à l’espace public lorsqu’ils sont qualifiés de transgressifs par les autres

Questions de recherche:

  1. Les relations avec l’espace public et son utilisation: Comment les jeunes migrants ruraux s’intègrent-ils dans l’environnement sociospatial de Hanoi ? En particulier, à quels espaces publics ont-ils accès et lesquels évitent-ils, et pourquoi ? Comment utilisent-ils (ou non) les différents espaces publics de la ville ?
  2. Perceptions des jeunes migrants ruraux à l’égard des autres résidents urbains: les jeunes migrants ruraux à Hanoi se sentent-ils étiquetés ou stigmatisés par les autres résidents urbains ? Dans l’affirmative, comment cela se passe-t-il et comment les migrants font-ils face (ou réagissent-ils à) une telle stigmatisation/étiquetage ? De plus, comment les différents groupes de migrants ruraux (ouvriers d’usine, vendeurs de rue, aide-domestique, etc.) Se perçoivent-ils mutuellement ?
  3. Perceptions des citadins à l’égard des jeunes migrants ruraux: comment les citadins perçoivent-ils les jeunes migrants ruraux, en particulier en ce qui concerne leur présence/activités dans les espaces publics urbains ?
  4. Impacts des perceptions des autres sur les jeunes migrants ruraux quant à leur utilisation de l’espace public: si les jeunes migrants ruraux se sentent étiquetés ou stigmatisés par d’autres résidents urbains (résidents de longue durée ou autres migrants), cela a-t-il un impact sur la manière dont des groupes spécifiques de jeunes migrants ruraux utilisent et se comportent dans les espaces publics des villes ? Plus précisément, ces comportements comprennent-ils ce que ces jeunes ou d’autres résidents qualifieraient d’actes transgressifs ?

 

À quoi pourraient ressembler les actes transgressifs des jeunes migrants ruraux qui tentent d’accéder aux espaces publics ?

Công ty M88En 2008, le comité populaire de Hanoi a interdit la vente ambulante dans 62 rues sélectionnées et dans 48 espaces publics du centre-ville. Cette interdiction a eu des impacts variés sur les vendeurs de rue en fonction de leur origine et de leur degré de mobilité. Les vendeurs itinérants — en très grande majorité des migrants des zones périurbaines et des villages ruraux — sont le plus souvent visés par les autorités qui appliquent le décret de 2008. Le commerce de rue étant devenu l’une des rares options qui leur restent pour gagner leur vie, ces personnes — pour la plupart des femmes, et souvent des jeunes — doivent trouver des moyens de déjouer les fonctionnaires. En revanche, les vendeurs résidents de Hanoi, qui ont un kiosque fixe, sont beaucoup plus enclins à négocier un arrangement avec les responsables locaux des quartiers, en se contentant de pots-de-vin réguliers ou de « taxes » pour maintenir leur droit au commerce.

Les vendeurs ambulants, jeunes et vieux, font face à l’interdiction de 2008 avec leur propre « prise de position » sur les formes de législation et de contrôle qui sont justes et équitables. L’interdiction de vente est mise en œuvre et appliquée au niveau des quartiers (phường), la subdivision la plus basse de l’administration urbaine locale. Ainsi, une partie des actes transgressifs des vendeurs ambulants de rue consiste à comprendre et à interpréter les pratiques spatiales et les lacunes en matière de surveillance du công anCông ty M88 (police de quartier locale). L’un de ces écarts se produit le long des frontières entre les quartiers ; les vendeurs itinérants se sont rendu compte qu’ils peuvent rapidement franchir une frontière pour échapper à la police du quartier, qui n’est pas autorisée à poursuivre les vendeurs en dehors de leur juridiction pour confisquer leurs biens ou leur imposer une amende.

Les commerçants itinérants savent aussi quelles rues et autres espaces publics sont les plus susceptibles d’être la cible de la police : les grandes artères sont plus souvent patrouillées alors que les petites rues et ruelles le sont moins. Les vendeurs itinérants s’appuient donc sur les routines spatiales et les réseaux sociaux pour protéger autant que possible leur accès existant aux espaces publics urbains. Les commerçants n’ont pas tardé à apprendre les routines de la police locale et à retravailler leurs propres horaires en conséquence. Les jours de semaine, une importante opportunité commerciale se présente à midi lorsque les công prennent leur pause déjeuner, ce qui permet aux commerçants d’entrer dans des zones généralement très surveillées, comme le quartier ancien.

Công ty M88Ces résultats proviennent de recherches que les membres de l’équipe de Hanoi TRYSPACES ont déjà réalisées. Mais ce que nous ne savons pas encore, ce sont les tactiques spécifiques (le cas échéant) des jeunes vendeurs ambulants migrants de rue ? Suivent-ils les pratiques des plus âgés et apprennent-ils les astuces de commerçant de cette façon ? Ou bien proposent-ils leurs propres solutions innovantes, peut-être liées à l’utilisation des nouvelles technologies (téléphones intelligents) et à la facilité de mobilité ? C’est l’un de ces projets que notre équipe réalisera…

Công ty M88Voic la feuille résumé de cette étude de cas pour l’année 2019.

 

Cliquez ici pour le version imprimable de format A4  et celle de format 8.5 x 11.

Cliquez ici pour consulter la version web de la fiche synthèse de cette études de cas pour l’année 2018 et ici pour la version imprimable.